Alertes à la pollution en série de Rome à la station spatiale

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le ciel au-dessus de Rome. Photo: PHB/CoopeticConscience des enjeux de santé aidant, les bulletins d’alerte à la pollution atmosphérique se multiplient à travers le monde. En Italie, pays qui concentre la moitié des trente villes européennes les plus polluées, une interdiction totale de la circulation à moteur a été décrétée jusqu’au 30 décembre à Milan, tandis que Rome (ci-contre), également touchée en raison des circonstances météorologiques, a établi pouvait-on lire hier sur le site du Figaro, la circulation alternée durant quarante huit heures.

Le quotidien La Croix a publié un article encore plus préoccupant sur New-Dehli, présentée comme la capitale la plus polluée au monde. Le journal précise que la ville a connu des taux vertigineux de particules, jusqu’à cent fois le niveau autorisé dans l’Union Européenne. La circulation alternée y a été décidée pour une durée de deux semaines à compter du premier janvier tandis que 6000 autobus seront mobilisés pour accroître l’offre de transports en commun.

A Téhéran, ville également réputée pour sa pollution atmosphérique, on apprend par le journal canadien Le Devoir que deux matchs de football de première division ont purement et simplement été annulés dimanche. Dans cette ville de quatorze millions d’habitants, les écoles ont été fermées du 20 au 22 décembre tandis qu’il est recommandé aux enfants, aux personnes âgées et aux malades de rester chez soi.

Plus exotique mais néanmoins préoccupant pour les astronautes, une étude britannique montre, vidéo à l’appui, la pollution engendrée par la conquête spatiale depuis près de soixante ans. Cette vidéo impressionnante (1) notamment publiée par FranceTV.Info, montre les 500.000 objets qui dérivent autour de la Terre à la vitesse de 27.000 kilomètres heure. Il est à noter néanmoins que les satellites en fin de course finissent, grâce leurs ultimes réserves de carburant, en orbite basse.

Tout le scénario du film Gravity, sorti en 2013, était précisément basé sur le danger que font courir aux stations habitées mais aussi aux satellites de communication en fonction, ces débris qui circulent à une vitesse folle. Les astronautes sont dès lors priés de rester chez eux et tous les matchs de football en orbite géostationnaire pourraient être annulés…

PHB

(1) La vidéo de la pollution en orbite terrestre

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn