Les prémices de la Cop21 étaient déjà dans la Bible

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
extrait de la genèse (capture d'écran)Est-ce que les spiritualités ont quelque chose à dire sur le climat, la surconsommation, les émissions de carbone ou le gaspillage? Est-ce que ce le christianisme, l’islam, le judaïsme, le bouddhisme, ces religions vieilles de plusieurs siècles, sont à même de formuler des propositions audibles pour affronter des problèmes modernes? En tout cas, elles le revendiquent et nous leur donnons la parole en vidéo.
Pour le premier épisode de cette série, le rabbin Mickael Azoulay, de Neuilly, tente de démontrer que le respect dû à la Création, omniprésent dans les différents textes de toutes les religions a des conséquences claires au niveau des pratiques quotidiennes. Une lecture de la vie en tout point passionnante.

S’appuyant sur le texte de la Bible (Torah) il démontre que nombre d’obligations imposées aux juifs par leur tradition, découlent d’un verset grandement « eco-responsable »  enjoignant les humains à « cultiver et garder le jardin d’Eden ».
Mais, paradoxalement, cet aspect de la tradition est souvent masqué par l’humanisme de la Bible qui insiste sur la centralité de l’être humain, laissant de côté son environnement. Une remise en perspective très instructive.
Propos recueillis, ci-dessous, par Pierre Assouline et Emiliano Pappacena.

 

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn