Le climat parisien c’est géant

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Séquoi fraîchement planté dans le Parc Kellermann. Photo: PHB/JDCFraîchement planté dans l’absolument délicieux Parc Kellermann (13e arrondissement), ce séquoia a encore besoin de ses attelles pour assurer sa stabilité. C’est un sequoia dit « géant », c’est à dire qu’après un nombre conséquent d’années il peut tutoyer la barre des quatre vingt mètres sous la toise. S’il se sent à l’aise dans ce beau jardin des années trente qui embellit la Porte d’Italie, il pourra vivre 3000 ans. Un petit panneau promotionnel de la Mairie de Paris, piqué à ses pieds, précise qu’il a été installé là « pour le climat » et qu’il s’inscrit dans un vaste programme d’implantation de 20.000 arbres d’ici 2020.

Des arbres, Paris n’en manque pas, que ce soit dans ses 400 parcs et jardins ou le long de ses artères. Il y en aurait aujourd’hui 100.000 dont 2400 plantés par an en partie pour remplacer ceux qui ont été abattus. Autrefois ils étaient plantés pour faire joli, dorénavant ils sont en mission « climat ».

Photo: PHB/JDC

Photo: PHB/JDC

Ce séquoia planté dans le parc Kellerman n’est pas le seul. Il y en a dans le jardin de certains particuliers (pour leur malheur d’ailleurs car il est interdit de les abattre) et notamment un autre en face de l’ambassade des Etats Unis. Lorsque ce dernier a été mis en terre en 2013, l’ambassadeur américain avait fait remarquer incidemment que le plus vieil arbre de Paris, un robinier de plus de quatre siècles (square Viviani à proximité de Notre Dame), avait été planté (en 1601) avec une graine venue d’Amérique. Il est tellement vieux qu’on lui a collé un dispositif de soutènement pour éviter sa chute.

D’un côté un séquoia promis à un bel avenir dont la croissance est protégée par des sangles, de l’autre une relique de robinier bénéficiant d’un arsenal thérapeutique et entre les deux une pléthore d’arbres moins remarquables mais qui font de Paris une ville qui choit globalement sa flore. Là-dessus tout le monde est pour une fois d’accord à quelques réserves d’indiens près, comme le toujours en sursis jardin des Serres d’Auteuil.

LL

PartagéShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn